mardi 29 décembre 2015

LE POSTILLON : Un journal indépendant à Grenoble (et sa cuvette)





Un amical et modeste éclairage sur nos copains du journal "Le Postillon", toujours actifs et vaillants à Grenoble et son agglomération sur le terrain de la presse critique.


" Après avoir existé entre 1885 et 1886, "Le Postillon" a ressurgi depuis mai 2009, avec pour unique business plan d'occuper le créneau porteur et néanmoins complètement délaissé de la presse locale critique. devant l'ampleur de la tâche, nous nous concentrons sur des sujets locaux et parlons presqu'exclusivement de Grenoble et sa cuvette. Aucune association, organisation ou parti politique n'est parvenu jusqu'ici à nous convaincre de devenir son journal de propagande. Et malgré les nombreuses sollicitations, nous avons refusé toute entrée dans notre capital : nous sommes donc complètement indépendants"

Le sommaire du n° 33 (décembre 2015) : http://www.lepostillon.org/-Decembre-2015-.html#article_614

Le site du Postillon (avec notamment toutes les archives en libre accès) : http://www.lepostillon.org

Infos contact : Le Postillon, 46 bis rue D'Alembert, 38000 Grenoble.

email : lepostillon@gresille.org / tel : 04 76 21 46 45



-

mardi 22 décembre 2015

Éric Chabert : sur les médias indépendants


Invité en juin dernier à l'occasion des 10 ans d'existence du site collaboratif d'infos alternatives "Rebellyon",  le collectif Rezo.net a participé à une table ronde sur les médias libres.
Éric Chabert, l'un des fondateurs du "portail des copains" était venu le présenter.
Petit résumé de l'intervention d'Éric sur le lien : http://rebellyon.info/Tchao-Eric

dimanche 20 décembre 2015

Ecouter : Henri Maler chez "Là bas si j'y suis"

Henri Maler était l'invité de Daniel Mermet, le 18 décembre dernier pour un entretien consacré à la place accordé par les médias dominants au Front National.

"Poser la question du FN et des médias revient à s'interroger sur la poule et l'oeuf. Le FN accorde des scores d'audimat à chaque média et chaque média assure les scores du FN, oui c'est comme une histoire d'amour, de complicité en tout cas, de connivence étroite. Pourtant l'important, on l'oublie n'est pas le thermomètre, ni même sa fille. C'est la maladie. Elle persiste, elle se développe de jour en jour. Elle s'appelle chômage de masse, inégalités obscènes, lendemains sans promesse."

Le lien pour écouter l'entretien : http://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-fn-et-les-medias-la-poule-et-l-oeuf

Le site de Là-bas si j'y suis : http://la-bas.org

mercredi 16 décembre 2015

Eric Chabert nous a quittés



Nous avons appris avec tristesse la disparition d'Eric Chabert ce lundi 14 novembre.
Notre antenne lyonnaise lui doit beaucoup. 
Eric aura œuvré à son lancement en 2007. Il l'aura animée ensuite avec constance (il était le patient rédacteur des agendas du blog) et conviction militante, mettant notamment à son service sa grande connaissance des médias alternatifs. 
Pionnier du web indépendant, Eric aura été à l'origine avec quelques autres de la création de "rezo.net" (http://rezo.net), l'un des plus anciens portails agrégatifs du net, dont il aura pour une part assuré l'animation jusqu'au bout. 
Il crée aussi à la même époque le site "L'homme moderne" (http://www.homme-moderne.org) dédié notamment à la diffusion de la sociologie de Pierre Bourdieu, des films de Pierre Carles, des textes de Serge Halimi ('Le monde diplomatique") et d'Henri Maler (Acrimed). 
II était aussi le défenseur d'une certaine idée d'un rock indépendant et exigeant (certains ici  s'en souviennent encore !) comme a pu l'attester l'aventure "Underground productions" (http://www.discogs.com/label/19244-Underground-Productions) ou encore le blog "le rock est mort" (http://homme-moderne.org/musique/carnet2/) dont les archives sont toujours consultables sur "l'homme moderne").
Mais nous avons perdu aussi et avant tout un ami cher.
Et nous pensons très fort à son épouse Marylène et à sa fille Louise-Michel que nous embrassons et soutenons dans ce moment difficile.

Voici le lien sur la dernière production musicale d'Eric https://klimperei.bandcamp.com/album/dealings















vendredi 27 novembre 2015

Acrimed 69 sur Radio Canut


Ce jeudi 26 novembre en seconde partie du Canut Infos, une intervention en deux points de Sarah Bourdaire et Pascal Chasson pour Acrimed 69 : le premier sur la prétendue objectivité des quelques "experts économiques" ( mais vrais gardiens de l'ordre social établi) inlassablement invités dans les médias dominants ; le second en forme de retour sur le traitement médiatique, prétendument "responsable" et "pondéré" des attentats du 13 novembre.

A écouter en suivant le lien  http://radio.canut.free.fr/images/sons/DernierCanutInfos.mp3

vendredi 20 novembre 2015

"Vérités et mensonges sur la SNCF" de Gilles Balbastre


Ce documentaire de Gilles Balbastre, membre d'Acrimed, co-réalisateur du film "Les nouveaux chiens de garde" et réalisateur de "Cas d'école", est disponible en libre accès à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=gT3PPOXZqNk&feature=youtu.be




Sur nada info, le site de G. Balbastre (http://nada-info.fr) : 

"Le cabinet Emergences et le comité d'établissement régional SNCF Nord-Pas-de-Calais ont proposé au journaliste Gilles Balbastre, membre de la plate-forme critique des médias Nada-info, de réaliser un film qui renverse les logiques de communication.
Retards, annulations de train, accidents... Ces désagréments sont connus des usagers de la SNCF, mais leurs causes sont nettement moins médiatisées.
Ce documentaire dénonce la dérégulation du rail et donne la parole à ceux qui luttent pour le maintien d'une réel service public ferroviaire - salariés et représentants syndicaux."

jeudi 19 novembre 2015

Presse, Internet, blogs, radios, revues, librairies : une sélection locale


. INFORMATION EN LIGNE

- REBELLYON.INFO : Site d'infos alternatives lyonnaises.
http://rebellyon.info

- RUE 89 LYON : Site d'informations de Lyon et sa région
http://www.rue89lyon.fr/

- BONDY BLOG : journal citoyen et participatif
Adresse : 1, rue Sainte-Marie des Terreaux, 69001 Lyon / Tel : 09 50 76 35 40
Site : http://lyonbondyblog.fr/LBB/
Mail: contact@lyonbondyblog.fr

. RADIOS

• 89,8 MHz : Radio trait d'union.
- "Radio associative locale à vocation intercommunautaire et multiculturelle".
- Site : http://rtu.fm
- Contacts : Radio Trait d'Union, 9, avenue Leclerc 69007 Lyon. Bureau: 04.37.28.65.16, studio : 04.37.28.65.15, fax: 04.37.28.65.14, mél: rtu@rtufm.com/

• 90,7 MHz : Radio brume.
- Étudiante (réseau des radios Campus).
- Contacts : Brume-Lyon, 2, rue Soeur Bouvier, 69322 LYON CEDEX 05. Tél: 04 78 25 2000, fax: 04 78 25 56 64, mél: lyon@radio-campus.org.
- Site : http://radiobrume.fr

• 99,3 MHz : RCT - Radio Charpennes Tonkin.
- "La musique de tous les Mondes".
- Contacts : RCT, BP 2001, 69603 Villeurbanne cedex. Studio: 04 78 94 37 37, bureau: 04 78 89 59 48, mél: rctworld@radio-rct.com

• 100,7 MHz : Sol FM.
- "Culture Rock". membre de la Fédération des radios associatives rock (Férarock).
- Contacts : SOL FM, 53, rue Francisque Jomard, 69600 OULLINS. Tél: 0478 5116 85, fax: O478 5124 01, mél: solfm-marie@wanadoo.fr
- Site : http://solfm.radio.fr

• 102,2 MHz : Radio canut.
- "La plus rebelle des radios". Proche des mouvements sociaux, chanson et rock "engagés" etc.
- Contacts : Studio: 24, rue Sergent Blandan, Lyon 1er, cpurrier: BP 1101, 69201 Lyon Cedex, studio: 04 78 39 18 15, bureau : 04 78 29 26 00 (tél/fax), mél: radio@radiocanut.org.
- Site : http://www.radiocanut.org
Emissions conseillées : "Canut infos" (tous les soirs de la semaine entre 19h et 20h) ; "Angle(s) mort(s)" : critique et expérimentation sociale (dimanches entre 21h et 22h)

- WEBZINE

- ZÈBRE (LE) : hebdo culturel.
http://lezebre.info

- L'IMPROBABLE
Adresse : Maison des Associations, 5, Place St Jean, 69005 Lyon.
www.limprobable.org
courriel : limprobable88@orange.fr

 - MAGAZINES

- LA DECROISSANCE ("Le journal des objecteurs de croissance) : mensuel d'écologie critique et politique.
Adresse : 52, rue Crillon, BP 36003, 69411 Lyon cedex 03.
Site : http://www.ladecroissance.net

- HETEROCLITE : magazine gay et lesbien
Adresse : 16, rue du Garet, 69001 Lyon
Site : http://www.heteroclite.org

- INCONTOURNABLE (L') : mensuel gratuit culturel
Site : http://www.lincontournable-magazine.fr
Contact : contact@lincontournable-magazine.fr

- KIBLIND : Bimestriel culturel gratuit.
http://www.kiblind.com/accueil/p1.html

- SILENCE : "écologie, alternatives, non violence"
Adresse : 9, rue Dumenge, 69317 Lyon cedex 04
Site : http://www.revuesilence.net

• ASSOCIATIFS

- LES AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE DE LYON
Contact : Catherine Chauvin : catherine.chauvin@wanadoo.fr
Réseau social Zinc: http://zinc.mondediplo.net/people/amd_lyon

- ATTAC RHÔNE : Grain de sable local, agenda etc.
http://www.local.attac.org/rhone/
rss : http://www.local.attac.org/rhone/backend.php3
Pour les autres groupes locaux : http://www.local.attac.org/

- CINÉ TRAVAIL : http://www.cine-travail.org/
rss : http://www.cine-travail.org/progamme_cine_travail_rss.xml

- ESPRITS CRITIQUES : Atelier médias, débats citoyens
Adresse : Maison des étudiants, 25, rue Jaboulay, 69007 Lyon / Tel : 06 24 89 90 77
Site: http://espritscritiques.fr

- LIBRAIRIES

- BAL DES ARDENTS (LE)
Adresse : 17, rue neuve, 69001 Lyon / Tel-Fax : 04 72 98 83 36
Site : http://www.lebaldesardents.com/page_5,fr,8,5.cfm

- GRYFFE (LA) : la librairie.
Adresse : 5, rue Sébastien Griffe, 69007 Lyon/ Tel : 04 7861 02 25
Site : http://www.lagryffe.net

- PLUME NOIRE (LA) : Librairie anarchiste (19, rue Pierre Blanc 69001 Lyon). Présentation sur http:www.laplumenoire.org

- TERRE DES LIVRES
Adresse: 86, rue de Marseille, 69007 Lyon / Tel : 04 78 72 84 22
Site : http://www.terredeslivres.fr

dimanche 8 novembre 2015

De la "subtilité" de la langue journalistique...

Ce dessin, ainsi que d'autres, sont à retrouver chez nos amis d'Acrimed 35 :https://www.facebook.com/Acrimed-35-629879743744529/

samedi 7 novembre 2015

A lire : "A Puisseguin, France 2 et BFM TV n'ont pas fait le deuil de la démagogie"


Un excellent exercice de décryptage médiatique par Samuel Gonthier à retrouver dans sa chronique hebdomadaire dans le magazine Télérama.

http://television.telerama.fr/television/a-puisseguin-france-2-et-bfmtv-n-ont-pas-fait-le-deuil-de-la-demogogie,133517.php












vendredi 6 novembre 2015

"Cas d'école" de Gilles Balbastre

Jeudi 19 novembre à 20h30, le Ciné Toboggan à Décines propose, dans le cadre du Mois du film documentaire, une projection du film Cas d'école de Gilles Balbastre.

La séance, organisée en association avec Les Amis du Monde diplomatique, sera suivie d'un débat animé par des membres d'Acrimed 69

"Le film prend pour point de départ un fait-divers touchant des personnels de l'Education Nationale. En janvier 201, le suicide d'une élève scolarisée dans un Collège de Lens est instantanément érigé par la presse en exemple typique du "phénomène" de harcèlement scolaire. Dès lors, les journalistes, s'appuyant sur l'indispensable figure de "l'expert", enfilent la tenue de preux chevaliers désintéressés et exigent des explications. Ou plutôt des aveux.
C'est aux principaux intéressés, les personnels de cet établissement, que nous avons proposé de déconstruire le rôle joué par la presse à cette occasion. Ils réagissent à leur mise en accusation dans ce drame et évoquent les effets destructeurs du traitement médiatique sur leur mission de service public, et sur l'image des enseignants."


Infos pratiques :

- Le Toboggan : 14, avenue Jean Macé, 69150 Décines. 
Tel : 04 72 93 30 14. Tram T3, arrêt "Décines centre".
- Le site du filmhttp://nada-info.fr/site/cas-decole/
- Les AMDhttp://www.amis.monde-diplomatique.fr

mercredi 28 octobre 2015

Projection débat : "Opération Correa " de Pierre Carles


    Le 13 novembre à 20h30 au Ciné-Caluire, projection du film de Pierre Carles Opération Correa en sa présence.

    Une soirée organisée par les Amis du Monde diplomatique



    Les grands médias français ont boudé le dernier séjour en France du président équatorien Rafael Correa. En novembre 2013, aucune radio, ni chaîne de télé hexagonale n'a évoqué son étonnant bilan social et économique.
L'alternative qui se joue en Equateur est-elle un simple mirage ou un modèle susceptible d'allumer quelques flammèches à notre horizon ? Pierre Carles et son équipe démarrent leur enquête sur le "socialisme du XXIème siècle" promu par Rafael Correa avec ce premier volet consacré au traitement médiatique français de cette politique non orthodoxe.

Infos pratiques :

Ciné Caluire : 36, avenue du Général de Gaulle, 69300 Caluire.
wwwcinecaluire.org
Metro terminus Cuire, puis ligne 33 (direction Sathonay Manutention), arrêt "André Lassagne".


Les Amis du Monde diplomatique : http://www.amis.monde-diplomatique.fr
Contact correspondante AMD à  Lyon : catherine.chauvin @wanadoo.fr

CP productions : http://cp-productions.fr

samedi 17 octobre 2015

Le n° 17 de Mediacritique(s) est sorti


Au sommaire de ce numéro


Dossier "Médias et économie":

- Le vrai CV des économistes à gages


- Romaric Godin ("La Tribune") : " Je considère l'économie comme une science humaine"


- Aurélie Trouvé (Attac) : économistes alternatifs et médias dominants


- L' IFRAP à l'assaut des médias


- Les banques experts ont la parole




Avec aussi 

- Michel Drucker et France 2 : nous sommes tous des policiers

- USA : médias et sports féminins

- Revues de SHS (partie II)

Et bien d'autres choses ....



Où trouver la revue Médiacritique(s) à Lyon  :

Terre des livres
86, rue de Marseille 69007 Lyon
04 78 72 84 22

Le bal des ardents
17, rue Neuve 69001 Lyon
04 72 98 83 36

La Gryffe
7, rue Sébastien Gryfe 69007 Lyon
04 78 61 02 25

Le Funi
44, rue de Trion, 69005 Lyon
09 86 21 54 24

jeudi 15 octobre 2015

Calendrier octobre/ novembre / décembre 2015

-----------------------------------------------------------------------------------
CALENDRIER

 -----------------------------------------------------------------------------------

 -----------------------------------------------------------------------------------

  OCTOBRE / NOVEMBRE /DECEMBRE
 -----------------------------------------------------------------------------------
— Ma. 20/10
- [AMD / GRECE/ DETTE PUBLIQUE/]
Conférence débat des Amis du Monde Diplomatique Lyon. Le 20 octobre à 18h30, à la Bourse du Travail, Salle Moissonnier, Place Guichard : "Que faire de la dette en Grèce et en Europe ?", avec Michel Husson. Rencontre organisée avec Attac Rhône et le Collectif 69 pour l'audit de la dette publique.
Contact AMD de Lyon : catherine.chauvin@wanadoo.fr / Infos pratiques : Métro B Place Guichard et Tram T1, arrêt "Palais de justice / Mairie du 3ème.

— Je. 22/10
- [LITTERATURE ]
Rencontre lecture à 19h avec Giuseppe Lucatelli autour de "Pièces détachées", La Passe du Vent, 2015 à la Librairie Terre des Livres, 86, rue de Marseille, Lyon 7ème.
"La littérature au service du réel: un atelier de mécanique. Des ouvriers contraints de travailler dans le bruit, la crasse, l'huile de vidange et leur désespoir à fleur de peau. (...) Lucatelli s'attache à ses personnages qui sont aussi ses collègues. (...) Un livre à rapprocher de "Putain d'usine" de Jean-Pierre Levaray ou d'un "Journal d'un manoeuvre de Thierry Retz.
Rencontre animée par Joelle Guidez.

— Ma. 04/11
- [FEMINISME] 
"Affichons le féminisme !" : Rencontre apéro convivial à la librairie Terre des Livres, pour fêter la publication par la revue "Silence" de l'affiche "100 dates qui construisent nos luttes féminines aujourd'hui".

— Du Ma. 03/10 au Sa. 09/01
 [EXPOSITION]
"Contre les murs - 150 affiches d'auteur (pour se dégourdir le regard)". Une sélection d'affiches collées sur les murs de Lyon, Grenoble et d'ailleurs entre 1968 et 2015 au 4ème étage de la Bibliothèque de la Part-Dieu, en résonance avec l'évènement "Créer c'est résister".

— Sa. 07/11
- [CARICATURE] 
"Quand l'image résiste : la culture de la satire visuelle. Journée sur la caricature" à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu. Conférence débat avec Laurent Baridon, professeur d'art contemporain à l'Université Lyon 2.
Entrée libre. Infos pratique : 30 boulevard Marius Vivier-Merle, Lyon 3ème. Tel : 04 78 62 18 00.

— Ma. 17/11
- [JOURNALISME / GUERRE] 
"Etre journaliste dans les zones de conflit". Rencontre à 17h à la Bibliothèque du Point du Jour avec Renaud Girard, Journaliste Reporter International au Figaro.
Infos pratiques : Bibliothèque du Point du Jour, 10-12, rue Joliot-Curie, Lyon 5ème / tél : 04 37 20 19 49/ Bus C21, arrêt Nicolas Sicard, ou Bus 45 et 90, arrêt Point du Jour".

— Je. 03/12
- [FILM / ELECTIONS] 
MJC du Vieux Lyon à 20 heures (entrée libre) : "Changer : dans le système ? Ou le système ?" Soirée débat autour du film documentaire "J'ai pas voté" de Moïse Courilleau et Morgan Zahnd. "Analyse politique, décryptage et questions de fond sur les causes d'une abstention en constante augmentation".
Infos pratiques : MJC, 5, place Saint Jean, Lyon 5ème, entrée par le 1, rue de la brèche / tel : 04 78 42 48 71 / Bus 27, 31, 448, C20 ; Métro D arrêt Vieux Lyon.








vendredi 25 septembre 2015

Le jeudi 24, l'équipe du Canut Infos du jeudi nous a reçu sur Radio Canuts pour faire un retour sur la soirée de la semaine précédente, sur les médias et l'extrême-droite. L'émission peut être réécoutée sur le blog des Canuts Infos. Merci à Delphine et Laurent qui nous ont accueillis !

mardi 25 août 2015

« C’est trop important Radio Canut ! » Entretien avec Delphine et Laurent, de Radio Canut, 7 mai 2015

Alors que « Radio Canut » est en pleine souscription pour continuer à vivre, Laurent et Delphine, animateur et animatrice de l’émission « Canut Infos » du jeudi, nous ont accordé un entretien pour expliquer les rapports d’une radio indépendante et associative aux médias dominants. Nous les remercions de leur accueil.


« L’esprit Canut, c’est indéfinissable. »


Acrimed : Pour commencer, qu’est ce que Radio Canut ?

Laurent : Radio Canut est née  de l’effort de quelques personnes, des gens plutôt du milieu syndical qui ont eu envie de monter un média sur la bande FM à partir du milieu des années 70, à une époque où il n’y avait que la radio d’État, et où la police faisait la chasse aux émetteurs pirates, avec arrestations et saisie du matériel ! Jusqu’en 1980, nos émissions ont donc été irrégulières. En 1980 les poursuites policières s’arrêtent en attente de l’élection présidentielle de 81. On savait alors que, quelque soit le candidat élu, la bande FM allait être libre, libérée. « Canut » n’a toutefois pas eu l’autorisation. On devait être trop à gauche pour les socialistes, déjà ! À l’époque Radio Canut, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, était assez proche des politiques. Notamment, des gens de « Canut » étaient élus et travaillaient dans les mairies. Ils et elles ont mobilisé les élus, les députés, pour aller faire pression et pour demander une autorisation, et puis on leur a obtenu en 82 ou 83. Depuis on a une autorisation officielle du CSA d’émettre.  Comme d’autres radios à cette époque, Radio Canut est née dans la douleur.

Delphine : Radio Canut est une radio qui n’a jamais cessé d’évoluer. Si on prend déjà notre cas à tous les deux, on est dans la même émission, le « Canut Infos » depuis sept ans. Étant depuis sept ans à la radio, j’ai commencé avec cette émission, même si j’ai toujours  écouté Radio Canut, j’ai toujours eu des proches qui faisaient des émissions. Laurent, lui il y est depuis 29 ans... Ca veut dire qu’il y a des gens qui viennent d’arriver il y a quelques jours à la radio et qui nous rejoignent avec de nouvelles émissions, quelque soit leur âge, et puis des gens qui sont là depuis très longtemps. Donc c’est aussi une évolution pas à pas d’un collectif. En association, puisque c’est bien une association radiophonique. C’est quand même un statut bien particulier, avec une existence légale, mais c’est aussi une radio qui est en perpétuel mouvement puisque les membres qui la font vivre sont jamais les mêmes.

Acrimed : Qu’implique, justement, le fonctionnement associatif de ce média ?

L : Des changements constants de manière de gérer la radio ! Dans les années 80 à un moment, certains membres de Radio Canut ont eu envie de se professionnaliser. Il y a donc eu séparation. « Canut » se partageait en deux. Ceux qui ont essayé de se professionnaliser ont tenu un certain temps, puis leur radio a coulé. Et la radio qui n’était que bénévole, « Canut », est restée. Actuellement, à Radio Canut, il n’y a pas de salariés, on est toutes et tous bénévoles.

D : C’est une spécificité de Radio Canut. Il n’y en a pas beaucoup de radios associatives sans permanents, sans aucun salarié et sans publicité. C’est un modèle économique particulier, maintenu par une volonté forte, qui fait aussi l’identité de notre radio. Même si aussi des fois on en débat, parce que le débat est toujours sain. On se rend bien compte qu’avoir des salariés, ça coûte, qu’il faut un peu plus d’argent, donc c’est une course. Ca veut aussi dire avoir recours à des contrats aidés, ce que beaucoup d’entre nous n’avons pas envie non plus de solliciter, car on ne veut pas mettre des gens dans la précarité. Le fait de ne pas avoir de pub, c’est aussi un modèle économique assez important. Donc, oui, on vit avec une subvention qui est destinée aux radios associatives et puis avec les cotisations des adhérent-e-s.

Acrimed : En parlant de cotisations, combien êtes vous de bénévoles à « Canut » ? Comment s’impliquent-ils/elles dans la vie de la radio ?

L : À la dernière Assemblée Générale, y avait 56 émissions. Donc grosso modo, c’est une centaine de personnes. On est en moyenne deux par émission. Tous les gens qui participent à la vie de « Canut » font une émission. Il n’y a pas quelqu’un qui pourrait être juste bénévole pour ne faire que de l’administratif. Ca n’est pas possible dans les statuts. On est animateur et animatrice d’abord. Et après on s’investit pour faire aussi vivre la structure.

D : À l’Assemblée Générale, des mandaté-e-s sont élus pour mener à bien différents postes, qui vont de choses très pratiques comme s’occuper de la trésorerie, du secrétariat. La « Commission de programmation » se charge des nouvelles émissions, s’occupe du site internet, des blogs, des archives, de la gestion technique, il y a une la « Commission musicale ». Il y a des postes comme ça qu’il faut remplir parce qu’il n’y a pas de permanent-e. Il y a donc des gens qui pendant un an, deux ans parfois dix ans vont avoir des mandats et donner de leur temps, de leur énergie pour que ça tourne au quotidien. Que ce soit changer des ampoules, payer les factures, faire des dossiers de subvention, c’est notre responsabilité à tous. Le chiffre important n’est pas forcément celui du nombre d’individus. Certes, l’individu, le/la membre, l’adhérent-e, a un rôle important. Mais il y a aussi l’émission en tant que groupe, qu’il n’y ait qu’un animateur ou animatrice, ou qu’on soit 4 ,6 ,10. Les émissions ont donc la possibilité d’exister comme les bénévoles le souhaitent car il n’y a pas une ligne de conduite à Radio Canut au delà de la Charte qui nous unit en tant que collectif.  Il y a des choses inadmissibles à la radio, le racisme, le fascisme, le sexisme, l’homophobie, l’appel à la haine, ce sont évidemment des choses absolument interdites. Mais sur le reste, chacun fait vivre son émission comme elle ou il l’entend. On essaye aussi d’avoir des liens entre émissions. Pendant un moment on avait l’émission « Bivouac » avec qui on a fait plusieurs mixtes. L’idée c’était de faire une émission ensemble. Comme ils parlaient beaucoup aussi d’informations, d’actu internationale et de l’Afrique, on a essayé de construire des sujets ensemble, c’était aussi l’idée de ce rapport-là. Avec une autre émission du dimanche, qui s’appelle « La causerie », j’aimerais bien par exemple échanger des choses. On s’est dit qu’on pourrait faire un truc sur la presse gay et lesbienne, qui est en train de se développer. Donc on a plein d’envies quand même comme ça parce qu’on lit beaucoup la presse de manière générale.

Acrimed : Il n’y a donc pas de ligne éditoriale « officielle » ?

L : On parlait souvent avant de « l’esprit Canut ». C’est indéfinissable en fait. On est incapable de dire ce que c’est. On sait qu’on est tous de gauche. Après, il y a des sensibilités différentes. C’est le média qui nous unit. L’idée qui court que Radio Canut est plutôt une radio libertaire ou anarchiste, c’est récent en fait. Je me rappelle qu’au début des années 90 avec l’ancien président qui est resté longtemps, qui était un peu hégémonique et qui avait mis sa marque à « Canut », c’était l’inverse. On était devenu une radio un peu gentillette. On n’avait pas du tout l’image de radio anarchiste. Ca a mit près de 20 pour changer. Comme quoi les gens qui sont à l’intérieur font la couleur de la radio.

D : C’est vrai qu’on dit des fois, « c’est une radio de gauchos », « une radio d’anarchistes ». Ce n’est pas vrai du tout. Il n’y a ni ligne politique, ni ligne éditoriale. Il faut arrêter de vouloir caricaturer. « Canut », c’est une radio avec des idées, des cultures  très différentes et très complémentaires. L’idée n'est pas d’avoir une radio qui soit uniforme. Quand on est à « Canut », il faut savoir qu’il y a des gens qui tiennent les permanences toutes les semaines et qui accueillent celles et ceux qui ont envie de proposer des produits radiophoniques. Les gens peuvent tous venir. D’abord juste pour papoter. Ensuite ils viennent avec une maquette. Et celles et ceux qui sont mandaté-e-s par les autres adhérent-e-s, écoutent, reçoivent, expliquent, racontent. Ensuite on rediscute avec d’autres groupes et puis c’est comme ça qu’on rentre à Radio Canut. On peut se dire qu’à un moment, on a peut-être beaucoup d’émissions de punk, beaucoup d’émissions de reggae, mais en même temps si elle est de qualité, ça ne pose pas de problème ! On ne s’arrête pas non plus à des quotas. C’est la qualité et la volonté de rejoindre Radio Canut qui font qu’aujourd’hui on peut y faire des émissions.

L : L’idée qu’avaient les premiers membres de la radio, c’était de donner la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas. C’est resté ça. Parce qu’on peut avoir des émissions de musique qui n’ont rien de politique, mais cette musique là, on ne l’entend pas sur France Inter. C’est pour ça que c’est une espèce de patchwork. Tout est mélangé.

D : À « Canut » que tout ça arrive : selon les gens et les années, ce n’est pas pareil. Il y a toutefois toujours eu une volonté quand même de s’impliquer dans la vie locale. Tout ce qui touche le quartier, ça concerne aussi les gens de Radio Canut d’une manière ou d’une autre. Soit parce que les gens fréquentent le quartier, soit qu’ils y vivent. C’est pour ça que bien des fois, on va retrouver les animateurs et les animatrices dans beaucoup de manifestations du coin. Mais on n’y va pas en étant encartés Radio Canut. On y va peut-être parce qu’on est encartés ailleurs ! Au final, on peut arriver avec peu d’idées politiques mais à force d’être les un-e-s avec les autres dans ce collectif, on finit par brasser plein de choses ensemble. En plus, quand on passe des petits labels, quand on fait ce travail d’aller chercher de nouvelles choses (parce que passer de la musique, c’est pas non plus arriver, et puis dire en rigolant, « c’est facile ! ». Non c’est aussi du boulot. Il y a un travail, même si c’est sa passion d’aller regarder des labels, d’aller les écouter, d’aller à des concerts. Il y a un vrai travail de découverte et je pense que ça c’est exceptionnel). , finalement on partage plein de choses ! Beaucoup de cultures (politiques ou non) sont représentées. Je pense en musique par exemple. Même les gens qui pourraient être très branchés rap, vont se mettre à discuter avec quelqu’un qui va peut-être écouter de la musique baroque et  ainsi de suite….

Acrimed : Votre mode de fonctionnement, l’association, l’absence de ligne éditoriale, est quelque chose de rare dans le domaine des médias, non ?

D : C’est assez rare effectivement. C’est sûr qu’une émission qui ne voudrait faire que du commercial, ça ne marchera pas chez nous, parce que ça n’est pas le but de la radio. Non pas que ce ne soit pas quelque chose qui ne puisse pas arriver, parce que les gens ont envie de faire de la radio. À l’ère de l’image, je trouve que c’est un bel outil. On est en direct. Toutes les émissions, à part quand on a des reportages, parfois quand on doit s’absenter il peut y avoir un enregistrement, mais le direct reste la règle générale. Je pense que ce sont des éléments qui résonnent encore dans la tête de beaucoup de gens et renvoie à quelque chose d’assez beau.

L : Et puis quand on a envie de s’essayer à la radio, il n’y a que Radio Canut. Avant il y avait d’autres radios : on pouvait aller à Pluriel  à Radio Charpennes Tonkin, à Radio Trait d’union. Elles prenaient des gens qui avaient juste une idée, qui étaient passionnés par quelque chose et qui s’essayaient à la radio. Toutes ces radios ne le font plus. Il n’y a que « Canut » qui permet à des gens de commencer ou de s’essayer. Du coup on a des propositions qui sont un peu farfelues par rapport à l’image de « Canut ». Juste parce qu’on est les seuls à permettre ça.

D : Radio Canut, c’est une radio de passage. Il y a des gens très différents. J’ai rencontré des gens qui travaillaient dans une banque, avec de hautes responsabilités et qui sont passés dans les années 80 à Radio Canut.  C’est rigolo, on se retrouve dans pleins d’endroits, parfois dans un magasin avec la personne en face qui vous dit « moi à l’époque je faisais une émission ». C’est une petite radio mais c’est des milliers de gens qui y sont passés. Partout où je vais, je rencontre des gens qui ont fait une émission. C’est très drôle, et dans tous les milieux ! Il n’y a pas longtemps un journaliste du Progrès me disait « j’ai commencé en faisant une émission à « Canut » ». On peut venir à « Canut » par engagement, c’est vrai. Mais on sent aussi que les gens ont envie de se saisir d’un outil qui peut leur permettre de s’exprimer. La plupart viennent pour proposer des maquettes. Il y a pleins de moyens d’arriver à Radio Canut. On peut avoir des amis qui y font une émission, on peut écouter toujours la même émission et puis au bout d’un moment, se dire tiens ça donne envie ; on peut rencontrer des gens dans une soirée, on peut être invité et puis finalement quelques années après revenir. Voilà, chacun a son histoire.


De l’information sans ligne éditoriale.


Acrimed : Le « Canut Infos », qu’est-ce que c’est ?

L : C’est une plage d’information tous les jours de la semaine faite par des équipes différentes. Alors là c’est pareil, pas de ligne éditoriale. Chaque équipe a un peu ses spécificités, pas tant politique que dans ses choix de sujets. Certains font plus de reportages, d’analyse d’informations, ont plus de thèmes particuliers. Le « Canut Infos », c’est donc un assemblage de plusieurs équipes (sept ou huit actuellement). Avec Delphine, nous faisons le « Canut Infos » ensemble chaque jeudi depuis longtemps. Moi ça fait au moins 15 ans que je fais ça. J’ai vu les équipes beaucoup changer, donc la forme des « Canut Infos » a elle aussi beaucoup changé.

D : On n’a jamais écrit de ligne éditoriale dans le « Canut Infos » du jeudi. Après on se connaît, on connaît les sujets dont on a envie de parler. Mais on arrive parfois encore à se surprendre l’un et l’autre sur la manière dont on peut parler de certains sujets. « Ah tiens tu le dis comme ça ? ».  C’est aussi parce qu’on a peu de temps. Ca c’est important parce qu’il faut comprendre que ça ne touche pas que le « Canut Infos » mais toutes les émissions : on est bénévoles et on travaille pour beaucoup d’entre nous à côté. Pour une émission assez longue à préparer comme un « Canut Infos », ça demande une certaine énergie. Je suis obligée depuis toutes ces années de modifier ma manière de préparer un « Canut Infos » par rapport à mes boulots et à mes disponibilités. C’est aussi pour ça que mon « Canut Infos » évolue. Il évolue parce qu’on a envie de se donner un coup de fouet, de pas rentrer dans une routine mais c’est aussi parce qu’on a des vies professionnelles. Les contraintes interviennent beaucoup pour faire vivre une émission toutes les semaines. Avec des sujets nouveaux, en direct, en étant à peu près préparés quand même. Il ne faut pas dire n’importe quoi. Oui, ça demande du travail.

Acrimed : Chaque « Canut Infos » étant différent selon l’équipe qui le fait, celui du jeudi, le votre, a-t-il quelque chose de particulier ?

L : Y a deux sujets que je traite beaucoup : la situation israélo-palestinienne, même si j’ai beaucoup ralenti, et puis l’environnement. C’est ce que je connais le mieux…

D : Moi je suis plus branchée par l’économie, les multinationales. J’aime beaucoup parler des grands patrons et de leurs actions. Après on parle de pleins de choses. J’aime bien parler de culture. On fait des choix de sujets qui sont liés à plein de choses, à l’actualité…
Et aussi au temps de préparation qu’on a. Au fait aussi des gens qui nous contactent et qui nous donnent aussi envie de parler de certains sujets. C’est lié à plein de choses qu’on va développer tout au long de l’année. Des choses qu’on aime bien suivre aussi, des choses qui nous amusent, ou des choses sur lesquelles on tape. J’aime bien par exemple taper sur certains médias, c’est un deuxième plaisir.

Acrimed : Sur quels médias ? Et pourquoi ?

D : Chaque saison, j’essaye d’ouvrir mon champ de lecture. J’aime bien lire la presse professionnelle liée à l’économie par exemple. Ou encore la presse sur la grande distribution.J’aime aussi beaucoup lire Le Figaro. Là ça fait deux ans quand même que je bloque je dois vous dire sur Le Figaro et je trouve ça très plaisant. C’est pour moi de grandes découvertes éditoriales. C’est vrai que taper sur Le Figaro c’est plus facile et plus drôle que sur d’autres journaux parce qu’ils sont finalement comme nous : ils y vont, ils sont très clairs dans leur manière de s’exprimer. Il y a une période où je les critiquais tous les mois, je faisais un petit peu le tour de la presse, en tout cas des unes, la presse féminine, les hebdos… On peut se permettre, on n’est pas professionnel, on n’est pas des journalistes donc on peut se permettre de taper sur la presse et sur les médias de manière générale, sans craindre de représailles professionnelles. On peut aussi faire des erreurs, manquer parfois de tact, s’embrouiller dans nos propos, mais quand j’entends des journalistes de France Info ou de France Inter bafouiller, je me dis qu’il n’y a pas que moi ! Quand je les entends quand même être très mauvais sur certains sujets, je me dis qu’eux pourtant, c’est leur boulot ! Je vais prendre un exemple qui nous a beaucoup touchés. Le 1er mai. Nous avons beaucoup hurlé en écoutant une radio publique, France Info qui, toute la journée, a parlé de la « Fête du travail » au lieu de « journée internationale des travailleurs-euses ». Pour moi,  cela dénote une ligne éditoriale et rédactionnelle : pour que ce soit aussi unanime, je pense qu’il y a eu une décision au niveau de la rédaction très claire. Ou alors on n’a que du libéralisme dans un service public, ce qui est quand même un tout petit peu… dérangeant. C’est ce genre de choses qu’on aime bien attaquer aussi. Des médias ou des radios comme France Info qui se prétendent « neutres ». C’est quelque chose dont on nous parle souvent, la neutralité dans le « Canut Infos ». Elle n’existe pas du tout dans le « Canut Infos » mais elle n’existe absolument pas dans les médias nationaux d’une manière générale. Et pourtant quand les gens nous rencontrent, c’est une des premières choses dont on nous parle : « Vous n’êtes pas neutres ! Vous êtes engagés… »

L : La différence, c’est que nous on l’assume.

D : Ces critiques ne nous empêchent pas de lire et regarder les grands médias. Il faut bien qu’on ait nos bases nous aussi. Nos bases c’est quoi ? D’abord on a la presse, on a tous les médias. Avec Internet, tout ça s’est multiplié, ce qui est d’autant plus dangereux parce qu’il faut tout scruter. Moi je contrôle tout, je vérifie tout, ça demande beaucoup de travail. Malheureusement, comme la plupart des articles sont écrits par l’AFP et sont ensuite répliqués sur chaque site, ça devient compliqué d’aller chercher les sources et d’avoir un petit peu du contrepoint. Ces sources là, ces médias, demandent un travail d’analyse, de lecture.  Mais je continue à lire la presse « ennemie » autant que la presse « amie ». Finalement, je prends parfois plus de plaisir à lire les articles du Figaro que soi-disant les médias (je cherche ce qui est encore à gauche) allez on va dire « Libé»,  qui garde encore quand même certains articles « de société » très intéressants.
Une de nos sources reste bien sûr les médias alternatifs, les autres amis, les organisations syndicales, les organisations politiques. Tous les autres qui grâce à Internet, ont pu aussi simplifier l’accès à leurs informations. Il y a aussi des gens qui nous contactent directement. Et puis on est aussi abonnés à certains sites, à certaines newsletters. On a un peu nos habitudes, on aime bien suivre certains groupes. Laurent par exemple a de grosses sources sur le nucléaire. Quand il va parler de sujets sur le nucléaire, moi je vais avoir lu le sujet dans un média plus traditionnel et qui n’a pas tout-à-fait la même vision que lui. Je trouve ça justement très intéressant parce que Laurent a la source des militants anti-nucléaires. Evidemment le résultat n’est pas le même.


« Des médias qui nous ressemblent, il n’y en a pas beaucoup… »


Acrimed : Tu as parlé des amis, des autres médias alternatifs, des autres médias engagés. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus du rapport avec vos amis justement ?

L : On connait bien le collectif des médias libres. Mais des médias qui nous ressemblent, y en a pas beaucoup non plus. On lit bien sûr CQFDLe Canard enchaîné…  Avec CQFD, on a des contacts indirects quand même. On avait été contacté par Charlie Hebdo quand ils étaient intervenus sur la ville de Lyon. On avait participé au débat. Il y a des réseaux qui se créent, parce que des militant-e-s se connaissent, ça se fait comme ça. On a des revues comme Le Zèbre qui ont réagi à notre campagne de dons. On les lit, ils nous écoutent aussi. C’est donc une vie locale, on se connaît les uns les autres. Après on ne  fait pas beaucoup d’efforts peut-être, par manque de temps.

D : Sur la sphère lyonnaise, on connait  Rebellyon parce qu’on a un fonctionnement assez proche, horizontal.

Acrimed : Concernant le format du « Canut Infos » du jeudi, Est-ce par choix ou par contrainte que vous ne faites pas ou peu de reportages ?

L : Oui et non. On n’en fait pas beaucoup parce que d’abord ça demande du temps pour faire le reportage… Quand on a fait des reportages en Israël, on avait passé un temps fou à monter. Pour faire cinq diffusions. On n’a pas le temps de faire ça avec notre travail. Et puis, on n’est pas super fans non plus je pense !

D : Moi j’aime bien par contre, mais il faut vraiment du temps pour le reportage, parce que sinon on peut vite faire du son pour faire du son. Ca ne m’intéresse pas de tendre mon micro. Je n’ai pas envie de faire comme celles et ceux qui ont leur nom sur le micro, France 2, BFM, France 3 et M6. C’est bien d’avoir des reportages parce qu’on donne la parole aux autres. En réalité, si j’en avais la possibilité, je préfèrerais accueillir des gens pour que je puisse leur transmettre l’expérience du direct. Les invités sont souvent exceptionnels derrière un micro, en direct, c’est un rapport humain qui est pas le même. Mais très sincèrement c’est quand même une histoire de temps. Monter c’est long, ça demande de l’énergie. Chacun après arrive à trouver aussi le moyen de faire fonctionner son « Canut Infos ». Il faut que ça reste sympa à animer. Parce que le but est qu’on y prenne du plaisir. Rentrer dans la routine, être poussif sur des sujets, ça n’est pas intéressant. On s’en rend vite compte d’ailleurs.

: Oui, c’est plus sympa de le faire en direct que de diffuser des reportages. On le connaît par cœur le reportage quand on le diffuse. Ca dure 10 minutes, pendant 10 minutes, on le réécoute une quinzième fois ! On perd le truc du direct !

Acrimed : Pourquoi le direct est-il si important pour vous ?

: On ne s’arrête jamais, on ne met pas de musique, c’est la spécificité de notre « Canut Infos ». Tous les jeudis, on enlève des sujets dans notre déroulé. Tout ça c’est une histoire de temps, de travail, parce que si on nous donne deux heures, on fait deux heures, on nous donne trois heures, et bien on les fera les trois heures. Je ne sais pas du tout comment travaillent les autres « Canut Infos », mais pour des contraintes de temps, nous on ne le prépare pas ensemble. C’est très drôle de raconter ça parce que les gens souvent sont très surpris de voir comment on travaille. Ils pensent qu’on fait des grandes réunions avant. Pas du tout ! Moi je sors du boulot à 16 heures et j’arrive à courir à « Canut » pour 19 heures.

: Je peux moi le préparer l’après-midi même car je ne travaille jamais le jeudi après-midi. Donc je peux suivre des trucs qui arrivent au dernier moment. Mais on n’a pas la même manière de travailler.

: On ne prépare rien ensemble, on ne se voit pas. C’est un peu au dernier moment qu’on va se dire quel sujet on passe. On prépare le déroulé et après, à moi d’essayer de nous trouver un peu une place pour chacun et l’ordre de nos sujets. Parfois, j’essaye de trouver des choses qui nous semblent assez logiques, parfois ça ne marche pas. Pendant très longtemps on a eu cette habitude dans les « Canut Infos » d’avoir une partie internationale, puis une nationale et puis locale. Et puis pour des raisons, disons de politique de notre part, on a arrêté. On a commencé à se dire qu’il y a des sujets qui vont toucher les travailleurs et qui concernent autant les gens en Argentine ou en Algérie qu’en France. Et on a plutôt maintenant envie de les mettre dans la même section que de les étaler sur une partie « international » et « national ». C’est plus sur une thématique qu’on a envie de rassembler les sujets, en pensant qu’il y a des choses qui sont de l’ordre de la mondialisation. Le gaz de schiste, c’est partout pareil, les politiques liberticides, elles sont les mêmes partout. On est en train peu à peu de partir sur un autre modèle. Pour le coup c’est un modèle de choix politique d’analyse. De casser ces codes faciles qu’on avait avant.

Acrimed : Et les sujets eux-mêmes, comment les sélectionnez-vous ?

: Sur la sélection même, comme on ne se cause pas, on va chacun choisir de notre côté des idées, des choses qui nous touchent. Avec toujours cette grande question de savoir s’il faut absolument parler de l’actu, parce que les gens qui nous écoutent sont parfois des gens qui n’écoutent que Radio Canut. Ou faut-il donner d’autres infos parce que les autres médias ne les donnent pas ? Je pense qu’il faut trouver un équilibre. Mais nous ne voulons pas nous forcer à  vouloir absolument parler d’un gros truc dans l’actu qu’on ne maitriserait pas bien. Mais c’est douloureux  parce qu’en même temps on a lu des choses dessus qu’on aimerait partager. Et peut-être aussi pourrait-on nous reprocher de ne pas avoir parlé de ceci ou de cela. Déjà on a une heure, ce qui est court. Ce n’est pas parce que les médias à la télé font 30 minutes, grand maximum, de journal … 1 heure ça reste très court. Parfois ça me fait mal au cœur  de virer des sujets.  Et puis je me dis que j’ai gardé un sujet peut être plus léger pour virer un truc plus lourd.  C’est comme ça. Après tout c’est aussi nous qui décidons. Ca c’est une certitude ! On a aussi un peu des échos des gens qui nous écoutent mais ça reste très minime. C’est plus des connaissances, ou des gens comme ça sur qui on va tomber. On ne sait pas trop. Parfois on reçoit des petits mails. C’est plutôt quand les gens ne sont pas contents qu’on reçoit des coups de fil, pas trop pour nous dire qu’on est supers. Ca change un peu avec la campagne de dons. Les gens envoient de manière plus régulière à la radio, on reçoit beaucoup de mots d’amour, de déclarations, qui sont destinés à tout le monde. On se sent écoutés ! On ne parle pas dans le vide c’est bien.


« Il y a un flic qui nous écoute tout le temps ! »


Acrimed : Qui sont vos auditeurs-trices ?

: On a difficilement des informations sur elles et eux, et on s’en fiche un peu. Ca ne veut pas dire qu’on ne respecte pas nos auditeurs et nos auditrices. Ca n’est pas ça. Mais de toute façon c’est tellement minime que ça ne veut pas dire grand chose. La manière dont les chiffres sont aujourd’hui…

: Sur le plan qualitatif, on sait que c’est assez le milieu militant

: Pas toujours ! On s’est aperçu par exemple que parmi les gens qui nous avaient appelés pour se plaindre, il y avait une fois un flic. Et lui écoute tout le temps ! Voilà, il y a des gens qui écoutent, on est une radio locale. Et puis il y a des gens qui font comme nous, qui  écoutent les autres ! Une de nos grandes spécialités  c’est d’écouter BFM radio à certaines heures parce que ça nous fait marrer. J’imagine donc qu’il y a des gens aussi qui nous écoutent pour savoir ce qu’on raconte. On se rend donc bien compte qu’il y a des gens très différents qui nous écoutent. Je pense qu’il y a des gens aussi différents que celles et ceux qui sont à la radio : quand on regarde Radio Canut, il  y en a qui sont au chômage où à la retraite. Mais quand on voit tous les métiers qui sont pratiqués, tous les secteurs d’activité… Je suis vraiment persuadée que c’est exactement pareil pour les gens qui nous écoutent. Des voisins de quartier peuvent aussi nous dire qu’ils nous écoutent. Les émissions musicales ont beaucoup plus de contacts avec leurs  auditeurs et leurs auditrices parce qu’elles utilisent peut-être plus les réseaux sociaux. C’est plus rare sur les « Canut Infos », mais ça fait toujours plaisir d’avoir du retour, même si, pour moi, ça n’est pas une obligation d’avoir une reconnaissance. On ne le fait pas pour ça. Sinon je pense qu’on serait peut-être moins engagés dans nos propos s’il fallait qu’on plaise à tout le monde.


« On fait des choix. »


Acrimed : Depuis le début, il se dégage de vos propos quelque chose comme une sorte de critique des médias en acte. Vos pratiques semblent suggérer une critique des médias dominants dans la mesure où vous adoptez des formats dont vous êtes les seuls décideurs...

: Je crois que rien n’est fait à la légère dans ce que l’on fait et ce que l’on raconte. On lit même la presse d’extrême-droite, parce qu’il faut aller voir ce que ces gens racontent, comment ils écrivent, quels sont les mots qu’ils emploient, quels sont les titres, les photos… Ca reste aussi important pour nous de les lire à cause peut-être de notre sensibilisation à la critique des médias et qu’en faisant cela on rejoint la politique. Sur les affaires Le Pen de ces derniers temps, on est allés voir évidemment ce que disaient Minute et Rivarol. Ce sont des torchons d’extrême-droite et ne sont pas respectables du début jusqu’à la fin. On le lit seulement pour savoir ce qu’ils disent et comment ils le disent. Bien sûr les médias plus traditionnels, on les lit avec sérieux aussi. Aujourd’hui par exemple, on a critiqué Le Figaro et Closer. On s’en fout de Closer. C’était juste que sur des sujets parfois tout simples, les gens auront peut-être une référence là-dessus quand ils croiseront Closer dans la rue ou chez le médecin. Tout a un sens. Parler de Closer et de la famille Le Pen, ça a un sens et il faut le rappeler. Et comme beaucoup de nos auditeurs et de nos auditrices ne lisent pas forcément Closer, il est bien de leur rappeler qu’une presse de ce type existe, quel est son discours…

L : Quand on critique les médias, on essaie de ne pas le faire de façon trop cynique ou méprisante, on tente de prendre les médias qu’on critique au sérieux. Parce que ces journaux font un vrai travail. Je me rappelle au moment du génocide au Rwanda qu’on lisait les articles du Figaro écrits par Patrick de St Exupéry parce qu’il était le seul à donner un peu d’infos. Donc malgré la couleur politique, certains font quand même un vrai travail journalistique.

: Je crois que l’on tend à faire toujours très attention à confronter ce qu’on lit à  une vérité, si elle existe. Il s’agit bien de ça quand on est lecteur ou lectrice d’un journal. On n’est jamais sûr qu’on raconte finalement les choses réelles. Quand on regarde France 2, on n’est pas tout-à-fait sûr de ne pas être manipulés, ou comme sur TF1 en train de nous passer des images tournées en Egypte pour nous parler du Népal. Je voulais parler de ça mais je n’ai pas eu le temps. On essaye de notre côté, de rester honnêtes malgré les boulettes ou les conneries qu’on peut parfois raconter. C’est au moins une certitude, d’être honnêtes. Il y a par exemple des sujets qu’on n’aime pas traiter. Je n’aime pas taper sur des syndicats, même ceux dont je ne suis pas proche, parce qu’on est aussi des gens politisés et engagés syndicalement. Je n’ai pas de gêne pour taper sur la CFDT quand j’estime qu’ils ont signé des accords pourris et de le dire à l’antenne. Par contre, dans d’autres situations ça m’embête, parce que je n’ai pas envie de taper non plus sur un syndicalisme qui n’est déjà pas bien vaillant en France. On fait donc des choix. Mais je n’irai pas mentir et raconter seulement la moitié d’une histoire qui concernerait la CGT, parce qu’une partie me gênerait. Je ne le fais pas. Point. Ca c’est un truc sur lequel je pense que l’honnêteté est quand même très importante. Parce que c’est bien là-dessus finalement qu’on critique les autres : non seulement ils ont une manière de voir l’information avec une soi-disant neutralité mais en plus ils nous mentent parfois !

 L: Sur la Palestine par exemple, personne n’a parlé des expulsions d’hier, des vols de maisons à Jérusalem-est. Ca n’apparaît même pas à l’AFP. Ca signifie qu’ils s’en fichent et que personne ne veut traiter ce sujet-là. Et donc ça ne sort plus. Il faut des militants sur place pour sortir l’info.

: Les gens savent que l’on ne peut pas nous acheter, qu’on a notre indépendance. S’ils ne nous invitent pas, on continuera à faire des choses. Rien ne nous arrête en fait et c’est aussi pour ça que les gens ont du respect pour la radio. Quand on aimera quelque chose on va le dire et quand on n’aime pas on le dira aussi.

Acrimed : Tu disais tout à l’heure que tu aimais bien taper sur les grands patrons dans ton émission. Sur les grands patrons de la presse aussi ?

: Je reconnais que c’est un truc que j’aime bien mais je n’en parle pas beaucoup. Ce sont des choses qui m’intéressent beaucoup : qui détient quoi ? C’est un sujet important pour moi parce qu’on sait que c’est l’argent qui tient aussi l’info. C’est bien pour ça qu’à Radio Canut, il y a cette volonté de ne pas s’ouvrir à autre chose qu’aux cotisations et à la subvention. Et on n’ira courtiser personne pour avoir cette subvention. Pour l’instant, on y a droit comme les autres. Après si tu savais le nombre de sujets que j’aimerais traiter sur la presse.  On s’est dit à un moment qu’on referait par exemple une édition sur la presse locale, en particulier les gratuits, à qui ça appartient, qu’est-ce qu’on y trouve dedans. Je n’ai pas eu le temps de la mettre en place, mais c’est une chose que je me réserve d’ici la fin de la saison. Je crois que la presse gratuite est la moins agréable à lire. C’est un mixe de publireportages (signalés ou non) et d’articles non corrigés écrits à tour de bras... J’aimerais parler de ça à l’antenne. J’ai mis en suspens par exemple un sujet un peu long que j’aimerais placer un jour sur ces liens qui sont justement en train de s’imposer de plus en plus dans les rédactions entre la partie rédactionnelle et celle de ces « publi-reportages qui prennent une place de plus en plus importante dans les rédactions. Tu vas devoir aussi écrire ces trucs là quand tu débutes comme journaliste. Il existe une résistance mais je pense que des endroits où travaillent des gens plus jeunes (ça n’est pas parce qu’ils sont jeunes que c’est mal) avec moins d’expérience et moins de possibilités de contester ce qui leur est demandé. Comme dans tout travail, c’est avec l’expérience qu’on apprend aussi à se rebeller. Notamment contre les contraintes financières ! C’est plus simple pour nous parce que nous n’avons pas cette problématique financière. Et du moment qu’on respecte la Charte de Radio Canut, on peut traiter tous les sujets comme l’on veut, on a cette liberté, l’idée étant de faire toujours une bonne émission.


«  C’est trop important Radio Canut ! ».


Acrimed : Vous n’avez pas de contraintes des financiers mais on voit qu’en ce moment avec l’appel à la souscription, il reste la contrainte de faire vivre le collectif de la radio…

: La contrainte financière se résume aux frais que l’on doit payer et qui augmentent. Nous sommes diffusés par TDF, sur la tour métallique à Fourvière (c’est d’ailleurs le meilleur site d’émission de Lyon). Donc ça a un certain coût. Et il faut payer les locaux. Ce sont les deux gros trucs. La technique, c’est des petits frais. Sur TDF, on n’a pas beaucoup d’alternative, et sur les locaux, on s’est chopés 20% d’augmentation y a un an. Ca fait beaucoup. On est là depuis 30 ans et le loyer ne fait qu’augmenter. Et c’est pareil dans tous les quartiers. On a aussi essayé de voir à Villeurbanne, c’est partout aussi cher. Donc c’était ça l’idée de la campagne de dons. De disposer au moins d’un local pour éviter d’être un jour expulsables.

D : Il s’agit de tranquilliser nos comptes. On se dit souvent que des gens sont là depuis longtemps, d’autres ne font que passer, d’autres restent une partie de leur vie, Dans 10 ans je ne serai peut-être plus à Radio Canut mais j’ai quand même envie de laisser une radio comme celle-là. J’ai donc envie de me soucier aujourd’hui de ce que je vais laisser aux autres. Je pense que tout le monde partage cette idée à la radio. On nous a dit récemment «  c’est trop important Radio Canut ! ». Je trouve que c’est une phrase qui est chouette, qui est belle. Elle est toute bête, elle est un peu de traviole, mais oui il faut que ça dure, parce qu’il ne reste plus beaucoup de médias comme cela, avec cette liberté et cette organisation collective. Le local est le seul moyen qu’on ait trouvé au niveau de notre ligne comptable pour agir. On ne peut toucher à rien d’autre : il faut payer l’électricité, l’eau, la SACEM, la technique, TDF.  Nous n’avons pas le choix. On ne peut rien enlever. Tout notre argent sert à faire vivre la radio, à la diffuser et à faire vivre le local. On ne dépense pratiquement rien d’autre. On aimerait aussi pouvoir dans quelques années re-dégager de l’argent pour pouvoir aussi soutenir d’autres structures comme on avait pu le faire il y a quelques années en arrière, participer à des projets dans lequel on pourrait mettre un peu d’argent, toutes ces choses-là, d’être dans la vie associative d’autres gens en les aidant financièrement. On peut imaginer plein de choses.

: Ou d’autres radios, parce que y a des petites radios qui se montent. On nous a sollicité. Bon, on n’a pas d’argent donc on ne peut pas aider les autres. Mais on peut aider techniquement.

: L’enjeu est aussi important parce qu’étant une radio officielle et déclarée, nous devons pouvoir nous assurer d’avoir un lieu d’émission. Je ne crois pas que le CSA serait très content demain si on se retrouvait dans une camionnette. Et puis c’est un lieu de vie et quand on fait de la radio, il faut un lieu de vie. On s’est donc lancé dans cette grande aventure collective. Ca n’est pas simple, mais on y croit !


Propos recueillis par Jacques Gasseng et Vincent Bollenot